Séminaire d’Histoire de la sémiologie psychiatrique 2021-22

Pas de commentaire

Pr B. Granger, Drs X. Bonnemaison, N. Dissez et C. Fromentin

La clinique psychiatrie est souvent perçue comme ardue et déroutante pour les étudiants car elle ne s’établit pas sur les mêmes repères que la clinique médicale (biologie et examens paracliniques) et qu’elle repose sur un langage savant, hérité d’une longue histoire, aux nuances difficiles à saisir. Le statut du signe et la valeur du symptôme ne peuvent être conçus de la même façon que pour la médecine des corps, notamment du fait de l’implication des déterminations sociales et culturelles dans l’établissement de la distinction entre le normal et le pathologique. Les maladies psychiatriques se découvrent à travers un examen clinique qui est d’abord une rencontre, à travers laquelle s’effectue le recueil sémiologique, première étape de la démarche diagnostique. L’établissement de la nosographique psychiatrique est le fruit d’un parcours riche et complexe, que ce séminaire se propose de revisiter d’une façon critique à partir de ses grandes entités, à partir du début du XIXe siècle et la fondation pinélienne. Chaque séance sera l’occasion de repartir des signifiants fondateurs de la clinique pour en établir le parcours étymologique, pour en fixer les repères chronologiques, pour en préciser le sens et suivre ses évolutions, en s’appuyant à chaque fois sur une présentation des textes fondamentaux et de leurs auteurs.

Chaque 4e jeudi du mois (sauf vacances scolaires) de 18h30 à 20h30, CMP Paumelle, 11 rue A. Bayet, Paris : 1er étage, Salle 103.

Jeudi 21 Octobre Thomas Lepoutre : Jules Cotard et le délire de négation.

Jeudi 25 Novembre : Nicolas Dissez : Les méconnaissances systématiques de Jacques Borel.

Jeudi 16 Décembre : Dominique Wintrebert : Jules Falret et l’hypochondrie morale.

Jeudi 27 Janvier : Edouardo Mahieu : L’ambivalence chez Eugen Bleuler.

Jeudi 17 Février : Rémi Tevissen : La sémiologie des Leçons cliniques de Jules Séglas sur la mélancolie.

Jeudi 24 Mars : Mickaël Peoc’h : le signe du miroir de Paul Abely et Achille Delmas.

Jeudi 21 Avril : Clément Fromentin : La réticence de Henri Bouyer.

 Jeudi 26 Mai : Thibauld Hassold : La discordance chez Philippe Chaslin.

Jeudi 23 juin : Luc Sibony et Cyrille Deloro : Les Hallucinations dans la Psychose Hallucinatoire Chronique de Gilbert Ballet.

En présentiel et par Zoom.

Participer à la réunion Zoom

https://us06web.zoom.us/j/89487704711?pwd=M1Z4TlZWNEt6c3FPb201MkozUkZvUT09  

ID de réunion : 894 8770 4711 Code secret : 782203

Renseignements et inscription : 01 40 77 43 17 /

service.psy13@asm13.org et clement.fromentin@asm13.org

1 – Références Bibliographiques sur le Syndrome des négations de Cotard

Cotard J.. Du délire hypocondriaque dans une forme grave de la mélancolie anxieuse. Ann Med Psychol (Paris) 1880  ; 4 : 168-74.

Cotard, J.. Du délire des négations. Arch Neurol 1882  ; 4 : 282-96.

Cotard, J., Camuset M., Séglas J., Du délire des négations aux idées d’énormité. Editions
L’Harmattan, 1998.

Séglas, J. Le délire des négations: séméiologie et diagnostic. G. Masson, 1897.

Régis, E. “Note historique et clinique sur le délire des négations”. Gaz Med Paris 2 (1893)

J-P Tachon « Cristallisation autour des idées de négation : naissance du syndrome de Cotard » Revue internationale d’Histoire de la Psychiatrie, vol.3, 1985.

2 – Références bibliographiques : Méconnaissances systématiques

Joseph Capgras et Jean Reboul-lachaux, « L’illusion des sosies dans un délire systématisé chronique », Bulletin de la Société Clinique de médecine mentale, janvier 1923.

Joseph Capgras et P. Carrette, « Illusion des sosies et complexe d’Œdipe », Annales médico-psychologiques, Paris Masson, 1924, n° 2, p 48. (Ce texte a été publié dans le n° 4 de La Revue de l’A.L.I., juin 2009).

J. Borel, Les méconnaissances systématiques chez l’aliéné. La méconnaissance de la mort. Paris, Librairie Louis Arnette, 1931.

Nicolas Dissez, Histoire d’un concept psychiatrique tombé dans l’oubli : la méconnaissance systématique, ou Lacan sur la trace de la forclusion du symbolique. La revue lacanienne 2009/3 (n° 5), pages 188 à 200.

3 – Jeudi 16 décembre à 18H30 : Conférence du Dr. D. Wintrebert : L’hypochondrie morale de Jules Falret

« Jules Falret (1824-1902), prenant la sphère mentale comme un organe, décrit un tableau clinique peu connu, l’hypocondrie morale, qu’il rattache à la mélancolie. Freud situe lui l’hypocondrie dans le cadre des névroses actuelles, puis, dans son article sur le narcissisme, il en dresse un tableau proche de la paraphrénie. Après avoir rappelé quelques éléments clés de la constitution du savoir psychiatrique sur l’hypocondrie, nous situerons la place de l’hypocondrie morale et nous nous poserons la question épistémologique suivante : hypocondrie morale, tableau discret de la mélancolie, ou tableau discret de la paraphrénie ? Un cas de notre pratique donnera une illustration de ce débat. »

Lien de téléchargement de l’ouvrage de Jules Falret : Etudes cliniques sur les maladies mentales et nerveuses (1890) : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k766146

Le texte sur l’hypochondrie morale se trouve pp. 507-510.

Pour une mise en perspective historique des folies raisonnantes dans la perspective des débats autour de l’asile

Fromentin, C. Simulation et dissimulation de la folie dans les asiles au XIXe siècle. Evol Psychiatr 2016; 81 (1) https://www.em-consulte.com/article/1026558/simulation-et-dissimulation-de-la-folie-dans-les-a

4 – Jeudi 8 février 2022 – De l’ambivalence à la Polarité chez E. Bleuler : Conférence d’E. Mahieu

L’AMBIVALENCE, Contribution pour l’inauguration des nouveaux bâtiments
de l’Université de Zurich (Contribution de la faculté de médecine),
1914″. Eugen Bleuler. Traduction de Malena Hansson et Benjamin Lévy, à
paraître dans L’Information psychiatrique.

(Bleuler E. Festgabe zur Einweihung der Neubauten der Universität
Zürich, 18 IV, 1914 (Festgabe der medizinischen Fakultät). Zürich:
Schulthess & Co 1914, S. 95-106 ; Bleuler, Manfred, Beiträge zur
Schizophrenielehre der Züricher Psychiatrischen Universitätsklinik
Burghölzli (1902-1971). Darmstadt: Wiss. Buchges., S. 85-97, 1979).